rpg city
 

forum fermé

Partagez | 
 

 And you mean the world to me | James & Anniston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: And you mean the world to me | James & Anniston   Mer 25 Fév - 22:10

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
James retint un soupir et offrit un sourire à la serveuse pour la remercier quand elle déposa l’assiette de pancakes qu’il avait commandé devant lui. De sa main libre, il versa le sirop d’érable servit avec sur le dessus tout en tentant de se concentrer sur ce que lui racontait sa sœur au téléphone. Lauren avait tendance à lui poser des questions auxquelles il ne savait pas trop quoi répondre. Comme la raison qui l’avait poussé à venir se perdre en Alabama, dans un coin dont personne n’avait jamais entendu parler. Il avait tenté quelques excuses un peu basiques auxquelles elle n’avait accordé aucun crédit. En même temps, il aurait été surpris du contraire. Il avait donc changé de sujet, demandant des nouvelles de leurs parents, ce qui n’avait d’ailleurs marché que quelques instants, avant qu’elle revienne à la charge et ne lui parle de Hope. « M’man dit qu’elle n’arrête pas d’appeler à la pension. » expliqua sa sœur, ce qui lui arracha pour de bon un soupir. Sa femme ne lâcherait-elle jamais le morceaux ? Pendant des années, elle l’avait repoussé et à présent qu’il avait enfin trouvé la force de dire stop, elle s’accrochait. Il n’avait même pas envie de savoir ce que Hope pouvait bien dire à sa mère, il aurait pu mettre sa main à couper qu’elle cherchait à savoir où il était et tentait d’attendrir sa mère en sanglotant dans le combiné. Sauf que Grace Davenport connaissait bien sa belle-fille, elle avait appris comment elle fonctionnait, et ne se laissait pas avoir. James en était d’ailleurs soulagé. Sa mère n’irait jamais lui dire où il était parti, et elle prendrait congé de la jeune femme avec toute la dignité et la classe qui la caractérisait. Lauren par contre ne l’entendait pas de cette oreille. Visiblement, sa sœur était agacée que leurs parents se retrouvent à gérer le problème de sa future ex-femme, pendant que lui coulait des jours plus ou moins tranquilles dans un autre état. « Appelle Hope pour qu’elle nous fiche la paix au moins quelques jours. » demanda finalement Lauren, arrachant une grimace à son frère. « Et me laisser avoir encore par son chantage affectif ? Ca ira merci. » répondit-il non sans une dose d’ironie. Il verrait ça avec son avocat, vu le montant de ses honoraires, il pouvait bien jouer les médiateurs pour lui. Le téléphone toujours à l’oreille, il coupa un bout de pancakes avec sa fourchette avant d’en prendre une bouchée. Si elle continuait à lui tenir la jambe comme ça, son assiette allait finir par refroidir. « Je me demande quand même ce qui s’est passé pour que tu prennes soudainement la décision de divorcer. » James fronça les sourcils en faisant descendre sa première bouchée avec une gorgée de café. « C’était pas si soudain. » protesta-t-il vainement. « Tu plaisantes ? Je sais que ça fait des années que ça va plus avec Hope, mais jusque là t’avais jamais réussi à partir. Et là, pouf ! Du jour au lendemain, tu débarques chez les parents et t’annonces que tu divorces. » « C’était juste le bon moment. » Le départ soudain d’Annie lui avait fichu un sacré coup surtout. Il s’était rendu compte qu’il avait totalement perdu le contrôle de sa vie et se traînait un boulet depuis des années. Bon, il le savait déjà, mais la perspective de perdre Annie à cause de ça l’avait aidé à se secouer. Ca devait changer. Parce que c’était avec Anniston qu’il voulait être, personne d’autre. Mais il se voyait mal dire à sa sœur qu’il avait eut une maîtresse ces quatre dernières années. « J’ai compris ! » s’exclama-t-elle soudain, sortant James de ses pensées. « Qu’est-ce que tu as compris ? » « Il y a une autre femme. … Je prends ton silence pour un oui. Je savais qu’il devait bien y avoir une raison. Alors quoi, tu as quitté Hope pour elle et vous êtes partis tous les deux en Alabama ? » James laissa échapper un nouveau soupir mais resta muet. « Oh allez quoi ! Je suis de ton côté moi, hein ? Hope est cinglée... » Il ne dit rien mais grinça presque des dents. Hope n’était pas folle, elle était dépressive, mais il n’avait pas envie d’argumenter sur le sujet et il se contenta de soupirer une nouvelle fois. « … Mais c’est pas la question. Je suis contente pour toi si t’as rencontré quelqu’un, vraiment. » Les yeux fixés sur son assiette de pancakes, il retint un nouveau soupir. « Je n’ai pas demandé le divorce parce que j’ai rencontré quelqu’un. » Bon d’accord, il jouait sur les mots mais il ne pouvait décidément pas lui dire qu’il aimait une autre femme depuis plusieurs années. Pas au téléphone en tous cas. C’est plus ou moins à ce moment là qu’il releva les yeux et tomba sur la silhouette d’Annie. Là, à trois pas de lui, son regard fixé sur lui. « Lauren ? Je te rappelle. » Il ne laissa pas vraiment l’occasion à sa sœur de répondre et raccrocha aussitôt et se leva presque automatiquement. Elle n’avait toujours pas bougé et lui faisait toujours face. Il jeta un rapide coup d’œil par-dessus son épaule mais personne ne semblait l’accompagner, elle semblait être là pour lui. Et c’était assez exceptionnel pour être souligné, vu l’état de leur relation. « Salut. » finit-il par articuler avant de désigner la banquette en face de la sienne. « Tu veux t’asseoir ? » proposa-t-il, toujours encore un peu abasourdi par le fait qu’Anniston DeSautel était bien là en face de lui.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : ouvrir mon propre restaurant, une vie calme... tellement de choses...
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 106

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Jeu 26 Fév - 15:56

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Reprendre le cours de sa nouvelle vie lui semblait aujourd'hui impossible. Anniston ne pouvait pas reprendre son quotidien normalement tout en sachant que James était dans les parages. Elle l'avait aperçu en ville plusieurs fois même, mais elle s'était toujours éclipsée avant qu'il ne puisse la voir. Les deux dernières fois où ils s'étaient vus n'avaient pas été très glorieuses. La première, à son arrivée, à son appartement, un revers du destin qu'elle aurait préféré ne pas subir. La seconde, après son mensonge, avec un ami qu'elle avait présenté comme étant son nouveau petit-ami, une histoire sortie de nulle part et qu'elle regrettait d'avoir mis en place. Mais Anna avait senti qu'elle n'avait pas eu le choix, que le seul moyen de faire partir James, le seul moyen pour qu'il abandonne c'était qu'il apprenne qu'elle avait refait sa vie avec un autre. Elle riait doucement au fond, car si il y avait bien une personne qui la connaissait parfaitement c'était lui et si c'était réellement le cas, James savait qu'elle ne pourrait jamais retrouvé ce qu'elle avait vécu avec lui. Peut-être que la belle blonde ferait mieux d'être honnête avec lui. Oui, peut-être qu'elle devrait aller le voir lui dire qu'elle lui avait menti, prenant le risque de lui faire croire cette fois ci qu'il avait encore ses chances... mais non elle enchainerait avec le fait qu'elle ne voulait plus de cette vie d'adultère et que si il n'était pas prêt à tout quitter pour elle, dans les soixante secondes qui suivaient alors elle préférait ne plus jamais le revoir. Ca avait été sa première réflexion de la journée, encore au fond de son lit. Un jour, ça passerait, ce manque, cette sensation de vide à côté d'elle. Anniston l'avait déjà vécu une fois, elle pourrait surmonter ça une seconde fois. La cuisinière s'était levée, avait sauté dans la douche avant de s'habiller. Une paire de jeans, des bottes à talons, un pull beige qui lui permettrait de ne pas porter de veste dehors, ses cheveux légèrement ondulés retenus par une pince à l'arrière elle était prête. La jeune femme avait besoin de sortir, elle prendrait un café et un petit déjeuner au Dixie Coffee avant d'aller au Spring Good pour le service de midi. La journée aurait pu se dérouler à peu près normalement si elle n'avait pas aperçu James assis à une table après avoir été servi par une serveuse. Il versait du sirop d'érable sur ses pancakes tout en discutant au téléphone. Anna se souvint alors pourquoi elle avait été tant attirée par cet homme. Sa présence, sa capacité à être élégant et droit peu importe ce qu'il faisait, sa voix aussi. Elle tenta de se concentrer sur sa mission mais ses pensées matinales lui revinrent en mémoire. Lui dire. Tout. Maintenant? Elle s'était approchée un peu inconsciemment quand elle surprit la conversation. Je n’ai pas demandé le divorce parce que j’ai rencontré quelqu’un. Anniston arqua un sourcil, peu importait qui il avait au téléphone il mentait. Il mentait sur son divorce, il mentait sur le fait qu'il n'avait rencontré personne. Puis James leva les yeux, remarquant sa présence. Il s'excusa auprès de son interlocutrice. Lauren, sa soeur. La blonde resta silencieuse, les bras croisés alors qu'il la saluait et l'invitait à s'asseoir. "Je ne suis pas sure que ce soit une bonne idée." Non ce n'était définitivement pas une bonne idée. Et ses pensées matinales venaient de la quitter, elle avait même envie de continuer son petit jeu, ses mensonges, pour le pousser à bout et le faire fuir avant qu'il ne lui bourre le crânes de contes de fée qui ne deviendraient jamais une réalité. Mais la serveuse arriva posant un set de couvert et un verre d'eau avec une carte, comme si elle avait deviné qu'Anni était attendue. Elle soupira se glissant sur la banquette en face de lui. "Alors comme ça tu as demandé le divorce..." Elle posa ses mains sur la table jouant nerveusement avec ses doigts, son attention tournée vers lui. "Laisses moi rire..." Non, elle refusait d'y croire. Parce qu'y croire s'était se donner de faux espoirs et ça elle n'en avait clairement plus la force. "Tu n'y arriveras jamais James, c'est pas la première fois que tu essaies." Un peu de réalisme ne leur ferait pas de mal...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Jeu 26 Fév - 19:07

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Si James avait décidé de rester à Spring Garden, en premier lieu pour tenter de reconquérir Anniston, il n’en était pour autant pas réduit à la suivre partout ni à surveiller ses moindres faits et gestes. Non. Il vivait sa vie, tentait de travailler sur son prochain bouquin, tout en découvrant les alentours et en sympathisants avec les habitants. En gros, il faisait tout pour intégrer le paysage. Quelques jours plus tôt il avait croisé Anniston devant l’épicerie. On ne pouvait pas dire que cette rencontre se soit vraiment bien passée. Elle n’était pas seule et lui avait présenté l’homme qui l’accompagnait comme son nouveau petit ami. James avait du mal à y croire. Il n’avait pas tenté d’argumenter, mais il sentait qu’elle mentait. Il la connaissait assez pour ça. Mais après tout, peut-être se trompait-il. Peut-être qu’elle avait bien dit la vérité, et si c’était le cas, il s’inclinerait… Enfin pas sans se battre non plus, ni sans s’assurer qu’elle était vraiment heureuse. Mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle fasse d’elle-même un pas vers lui. Pas aussi tôt en tous cas. Aussi fut-il surpris quand, en levant les yeux, il tomba sur elle. Coupant court à sa conversation avec sa sœur, il se leva en la saluant, puis lui proposa de s’asseoir. Sa réponse lui arracha un léger sourire. « Qu’est-ce que tu fais devant ma table dans ce cas ? » demanda-t-il en haussant légèrement les épaules. La serveuse eut visiblement la même impression que lui, puisqu’elle arrivait déjà pour déposer des couverts, un verre d’eau et une carte à la place en face de lui. Intérieurement il la remercia chaleureusement d’abonder ainsi dans son sens et de mettre la jolie blonde au pied du mur. Oh, ça ne l’empêcherait pas de passer son chemin si elle en avait vraiment envie, mais il avait bon espoir qu’elle se laisse convaincre. Après tout, ils étaient dans un lieu public, et il savait se tenir. Vaincue, Annie soupira et s’installa finalement sur la banquette face à lui. Il se rassit alors qu’elle relevait immédiatement ce qu’il avait dit quelques instants plus tôt à sa sœur. Il se demanda si elle avait entendu plus de cette conversation. James ne put que remarquer qu’elle jouait nerveusement avec ses doigts. Elle était sarcastique et il inclina la tête sur le côté pour l’observait tandis qu’elle prédisait qu’il n’arriverait pas à arriver jusqu’au bout. « Le sarcasme ne te va pas Annie. » releva-t-il avec un léger sourire. « Et tu fais erreur. Je n’avais encore jamais pris un avocat ni envoyé effectivement les papiers du divorce à Hope. » Il haussa à nouveau les épaules, avec une certaine désinvolture, avant de prendre sa tasse de café pour boire une gorgée du breuvage, tout en observant la réaction de la jeune femme. « D’ailleurs, je vais sans doute te faire mentir, parce que je compte bien à ce que ce divorce devienne officiel prochainement. Quand Hope cessera de pleurer un mari qu’elle n’a pas cessé de repousser depuis cinq ans et qu’elle signera ces fichus papiers. Je suis même prêt à passer devant un juge si elle s’entête. » Il s’adossa à nouveau à son siège en reposant sa tasse, ses eux toujours fixés sur Anniston. « Mais après tout, ça ne t’intéresse sans doute plus. Tu as tourné la page, c’est ce que tu m’as dit, non ? Et tu as… comment il s’appelle déjà ? Ezeckiel, c’est ça ? » demanda-t-il non sans une légère pointe d’ironie. Il ne l’avait pas cru, et ne s’en cachait pas. Elle pouvait continuer à lui raconter ce qu’elle voulait, il douterait toujours de cette soit disant relation. Un sourire un brin narquois étira ses lèvres avant qu’il ne reprenne sa fourchette en main pour prendre une nouvelle bouchée de pancakes. La serveuse s’approcha à nouveau de la table au même moment, calepin en main, les yeux posés sur Anniston. « Vous avez fait votre choix ? » James prit un nouvelle gorgée de café et lui jeta un coup d’œil interrogateur. Allait-elle rester ou comptait-elle déserter sa table aussi sec ?

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : ouvrir mon propre restaurant, une vie calme... tellement de choses...
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 106

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Sam 28 Fév - 19:32

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Elle aurait dû être prête à tomber sur lui. Anniston DeSautel devait être prête à tomber sur James Davenport à n'importe quel moment aujourd'hui. Et pourtant, quand elle l'avait vu, son coeur avait manqué un battement et inconsciemment elle s'était approchée de sa table, comme quand elle s'était approchée de sa table le jour où il était venu manger pour la première fois dans son restaurant. "Je pensais que je devais être plus cordiale." Rétorqua Anniston alors qu'il lui demandait ce qu'elle faisait près de sa table si ce n'était pas une bonne idée pour s'asseoir avec lui. Elle s'installa finalement en face de lui. Son cerveau lui disait de ne pas rester, de prendre son café et de s'en aller mais tout son corps restait figé, attiré par cette force magnétique qui avait toujours existé entre eux. Une attirance qu'elle ne pouvait renier, même si aujourd'hui, Anna en était arrivée à un point où elle aurait aimé pouvoir se détacher de lui pour vivre une toute nouvelle vie. Mais elle chérissait ce qu'ils avaient été malgré tout et l'idée de mettre tout ça derrière elle lui fendait le coeur, bien évidemment mais c'était pour son bien, pour leur bien. Leur cage doré ne résisterait pas avec le temps, déjà après quatre ans, elle la sentait faiblir. "Si le sarcasme ne me va pas, le mensonge te réussit de moins en moins, James." Une pique qu'elle regretta presque immédiatement. Mais elle n'aimait pas le ton qu'il avait pris à l'instant et si il lui reprochait d'être sarcastique, elle pouvait très bien le traiter de menteur... ou même de manipulateur pour avoir vécu une double vie aussi longtemps. La serveuse était revenue prête à prendre la commande d'Anniston. La belle blonde se contenta de commander un café à emporter, histoire que si cette conversation déviait un peu trop, elle pourrait prendre sa boisson et quitter les lieux. Tant pis, elle mangerait quelque chose au Spring Good. Elle haussa les épaules une fois que la serveuse s'éloigna avant de reprendre. "Que veux tu que je te dise. Ca fait des années que tu aurais déjà dû la quitter et pas que pour moi... C'est très bien pour toi." Si il divorçait réellement, Hope finirait peut-être par lui rendre la vie plus facile. Pourtant Anniston avait le sentiment que ca ne serait pas aussi simple. Elle avait voulu être heureuse avec un homme qui n'était pas libre, enchaîné par les liens d'un mariage malheureux duquel il n'avait jamais réussi à se détacher. Dès le début, ils n'avaient aucune chance que ça puisse marcher entre eux et pourtant, la bulle qui les protégeait leur donnait l'illusion qu'ils y avaient le droit à ce bonheur, à cette vie normale. Quand ils étaient ensemble, James n'était pas le mari d'une autre, il était son homme, l'homme qu'elle aimait et c'était tout. Puis la bulle avait fini par éclater quand elle avait vu une face cachée de James, la colère qu'il contenait en lui. Ca avait été suffisant pour lui faire réaliser qu'elle ne pouvait pas continuer -ça et le discours de sa mère bien entendu-. Elle releva alors les yeux vers lui quand elle entendit le ton ironique que James utilisait en parlant d'Ezekiel. Elle se raidit, son visage se durcissant pour le tromper quand à la gêne qui venait de la posséder. Son mensonge, il n'y croyait pas. C'était une évidence, sinon, il aurait probablement déjà disparu du paysage. Si il était là c'était qu'il sentait qu'il avait encore une chance. Mais le but d'Anniston était de lui prouver le contraire, n'est-ce pas? "Ne prend pas ce ton, James. Ce ton ironique comme si tu ne croyais pas à tout ça." Statua-t-elle en colère. James n'avait plus aucun droit sur elle et ça devait cesser. Même si sa relation avec Zeke n'était qu'une mascarade, c'était la seule solution que la chef-cuisinière avait pour éloigner le critique de sa vie.  

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Lun 2 Mar - 14:58

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
A peine la conversation entamée qu’Anniston l’attaqua de front avec sarcasme. Quand il lui en fit la remarque, elle rétorqua qu’il était lui un menteur. Cette pique lui fit froncer les sourcils. « Tu y vas un peu fort. Je ne t’ai jamais menti. » James avait peut-être menti à sa femme pendant quatre ans, peut-être qu’il cachait encore des choses à sa famille – en même temps c’était assez délicat de parler de sa maîtresse à ses parents et à sa sœur – mais à Anniston, il n’avait jamais menti. Même au début de leur relation, il lui avait immédiatement dit être marié, il lui avait dit où en était son mariage à ce moment là, et ne lui avait jamais caché les raisons qui l’empêchaient de quitter son épouse. Sa conscience, principalement. Parce que Hope était fragile, parce qu’il ne pouvait pas tolérer qu’il lui arrive du mal. Leur mariage n’était certes plus qu’une mascarade, mais il ne pouvait effacer l’affection qu’il ressentait pour elle. De l’affection, plus de l’amour et encore moins de la passion. Quand elle lui demanda d’arrêter l’ironie, la colère faisant briller ses yeux, James ne put s’empêcher de sourire légèrement. Elle était diablement belle quand elle s’énervait. Enfin, elle était belle tout le temps à ses yeux. « Oh mais je n’y crois pas c’est un fait. » Il haussa les épaules avec désinvolture et prit une gorgée de café. « Après, je peux me tromper, je le reconnais… » Finalement, il se pencha en avant, prenant appui sur le table, son regard rivé à celui de la jolie blonde. « L’essentiel pour moi Annie, c’est que tu sois heureuse. Et je préfère m’en assurer par moi-même. » Un nouveau sourire éclaira son visage avant qu’il ne poursuive, un ton plus bas, parce que ça ne regardait personne d’autre qu’eux. « Si tu veux la vérité, c’est ton départ soudain qui m’a fait réagir. La perspective de te perdre était insupportable. » Presque immédiatement, il leva légèrement la main pour lui faire signe de le laisser terminer et il enchaîna aussitôt. « Alors je sais, j’ai commis des erreurs, je sais que j’aurai dû quitter Hope il y a cinq ans déjà et que je me suis trop longtemps laissé avoir par son chantage affectif, mais c’est terminé. » Son ton était ferme et il ne cilla pas, son regard planté dans le sien. Avant qu’elle n’ait le temps de l’abreuver de quelques nouveaux sarcasmes sur son incapacité à se libérer de ce mariage, il poursuivit, avec la même conviction. « Je sais que je t’ai mise dans une position difficile pendant ces quatre années et j’en suis désolé. Je comprends que tu ais envie et besoin de plus, c’est aussi ce que je veux. Entends-moi bien Annie, je ne compte pas laisser tomber sans me battre. Pas maintenant que j’ai enfin trouvé la force de me libérer de ces chaînes. Parce que je t’aime, et ça ne risque pas de changer. » Le silence s’installa quelques secondes, un silence lourd, presque oppressant. James laissa l’occasion à Anniston de digérer tout ce qu’il était en train de lui dire. Il finit par soupirer légèrement, et s’adosser à nouveau à son siège. Plus doucement, il termina. « Je ne te demande pas de dire amen à tout ce que je te raconte, je ne te demande pas non plus de me reprendre comme ça, sans te poser plus de questions. Je te demande juste de me laisser une chance. Une chance de te prouver qu’on peut être heureux ensemble. Pour de bon… Mais pour ça il faudrait que tu arrêtes de m’éviter et de m’envoyer balader comme si j’étais un caillou dans ta chaussure. » Il esquissa une ombre de sourire face à cette comparaison. C’était pourtant ce qu’il avait l’impression d’être. Un caillou gênant dans sa chaussure, qui l’empêchait d’avancer correctement. Et il n’aimait pas cette idée. « Si ce que tu as dit est vrai, au sujet de ce petit ami, et si tu es vraiment heureuse avec lui… je te laisserai tranquille. Mais je ne peux pas partir maintenant, parce que pour l’instant, je n’y crois pas. » C’était aussi simple que ça.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : ouvrir mon propre restaurant, une vie calme... tellement de choses...
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 106

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Lun 23 Mar - 2:22

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Le ton ferme que James utilisait la laissait tellement perplexe. Anniston aurait tellement aimé croire à tout ce qu'il disait mais elle s'était laissée assez charmer pour tout une vie depuis qu'elle l'avait rencontré. Il était hors de question qu'elle retombe dans ces vieilles habitudes alors qu'elle venait de se réinventer une vie. James ne croyait pas à sa relation. Il avait raison, mais elle n'allait pas le lui dire. Ca rendrait les choses encore plus compliquées si elle lui avouait. Ca irait à l'encontre de ce qu'elle désirait aujourd'hui... Avoir une nouvelle vie. "James... Tu rends tout ça compliqué, tu t'en rends compte?" Probablement pas. Pour lui tout était simple, il avait eu deux femmes dans sa vie pendant quatre ans. Elle avait été l'autre femme pendant trop longtemps. Et comme il venait de le souligner, il se doutait qu'elle voulait plus. James semblait décider à se battre pour eux, parce qu'il l'aimait et qu'il savait ce qu'il voulait. Annie baissa les yeux, préférant porter son attention sur la table plutôt que de le regarder dans les yeux et qu'il puisse voir sa faiblesse. Était-elle prête à lui donner une nouvelle chance? Pourquoi était-ce si difficile pour elle de croire que cette fois, c'était la bonne? Pourquoi était-elle incapable de se dire que James se séparait réellement de Hope? Au fond, son coeur se réchauffait à l'idée qu'il l'aime encore et qu'il ait envie d'être avec elle. Mais elle ne pouvait le laisser entrer dans sa vie à nouveau... Annie savait comment ça allait se passer, Hope referait une crise et James retournerait auprès d'elle. C'était une histoire sans fin. "Tu as fini ta grande déclaration?" Elle prit une profonde inspiration trouvant assez de courage pour relever le regard sur son ancien amant. Elle leva les yeux au plafond. La belle blonde serra les poings pour concentrer sa frustration. Comment pouvait-elle changer de vie alors que la seule personne qui la connaissait mieux que quiconque se tenait en face d'elle et lui disait tout ce qu'elle avait rêvé d'entendre pendant si longtemps. "Tu savais qu'en venant ici, qu'en me retrouvant tu me regagnais à la seconde où je posais les yeux sur toi." Elle se souvenait du moment où elle avait ouvert la porte. Ce baiser qu'ils avaient échangé dans son appartement. Ce feu qui s'était réveillé en elle... Plus fort qu'autrefois. Mais elle avait tout fait pour l'éteindre parce qu'Anniston avait de nouveaux plans pour elle. Le mensonge n'était évidement pas la meilleure des solutions pour y accéder, mais James ne rendait pas les choses simples. Elle se pencha à son tour au dessus de la table pour les isoler du reste des clients. "Je ne veux plus de tout ça, James. On mérite mieux tous les deux." Ils méritaient mieux tous les deux oui, mais séparément. Même si ça lui faisait terriblement mal de penser ça, c'était la meilleure solution pour eux, que de se séparer.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Ven 27 Mar - 16:25

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Ca ressemblait presque à un dialogue de sourd. James avait l’impression que quoiqu’il dise, tout lui passait au dessus. Anniston semblait vouloir camper sur ses positions. Et lui aussi d’ailleurs. Ce n’était pas encore demain la veille qu’il baisserait les bras à leur sujet. Quand la jolie blonde lui déclara qu’il rendait tout ça compliqué, il eut un léger rire ironique. Elle était bien bonne celle là. « C’est moi qui rends les choses compliquées ? » rétorqua-t-il. Il lui livrait son cœur sur un plateau, lui promettait de changer les choses entre eux, de ne plus se laisser avoir par les humeurs et la fragilité de sa future ex-femme, d’être avec elle, mais c’était lui qui rendait les choses compliquées, alors qu’elle semblait rejeter tout ce qu’il pouvait bien lui dire. Elle avait baissé les yeux, comme si elle n’arrivait plus à soutenir son regard et ce ne fut que lorsqu’il eut terminé, qu’il put à nouveau plonger son regard dans le sien. Elle lui demanda s’il avait fini sa déclaration et il se renfrogna un peu. « Pour le moment, oui. » A nouveau elle détourna le regard pour le porter au plafond et il senti la frustration lui faire serrer les dents. « Non Annie, je ne savais pas. Tu as quitté la ville sans un mot, tu as pris des décisions radicales. Je ne savais pas comment ça allait se passer, dans quel état d’esprit j’allais te retrouver… Et je n’ai rien gagné du tout au final. » La preuve, il en était presque à devoir se rouler à ses pieds pour qu’elle accepte de l’écouter. Et elle refusait toujours cette nouvelle chance d’arranger les choses entre eux, de lui prouver combien il l’aimait et combien il voulait être avec elle. Etre à elle, autant qu’elle serait à lui. Mais non, il devait encore batailler, il n’avait rien gagné. Finalement, elle se pencha en avant vers lui, et poursuivit un ton plus bas, comme pour éviter de se faire entendre par les autres clients du café. Et ce qu’elle lui dit provoqua un large soupir frustré chez James. Il s’adossa à la banquette, s’éloignant ainsi d’elle et passa nerveusement une main sur son visage avant de braquer son regard sur elle. « Est-ce que tu m’as écouté à l’instant ? » demanda-t-il finalement. Le dialogue de sourd se confirmait. Peut-être n’avait-il pas été assez clair, peut-être qu’elle n’avait pas compris ce qu’il disait. A moins qu’elle refuse simplement d’y croire. Pourtant, il y avait mis toute sa conviction, il était sûr de lui. « Je ne crois pas avoir dit que je voulais retrouver notre vie d’avant. J’ai justement dit que je n’en voulais plus non plus. » releva-t-il avant de s’accouder à nouveau à la table, comblant à nouveau la distance entre eux. « Ce que je veux c’est être avec toi, rien qu’avec toi. Tu ne crois pas que notre amour mérite une seconde chance ? Quelque chose de bâti sur de nouvelles bases plus solides ? » demanda-t-il finalement avant de lâcher un nouveau soupir. Il était prêt à se battre pour ça, parce qu’il savait qu’au fond, ça n’était pas terminé. « Annie, je ne peux pas simplement laisser tomber, tu comprends ? » Il avait presque l’impression de la supplier, se rendait-elle seulement compte qu’il avait laissé sa fierté de côté et que ça lui coûtait beaucoup ? « Si tu veux que je parte, dis-moi que tu ne m’aimes plus, que tu ne ressens plus rien pour moi. Mais je te préviens Annie, tu devras être sacrément convaincante. Parce que pour l’instant, je sais que ce n’est pas le cas. » Elle ne se braquerait pas autant si c’était le cas, elle n’aurait pas répondu de cette manière à son baiser non plus. Après avoir soutenu son regard quelques secondes, il baissa les yeux pour récupérer sa tasse de café. La balle était dans son camp.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : ouvrir mon propre restaurant, une vie calme... tellement de choses...
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 106

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Lun 30 Mar - 13:46

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Anniston leva les yeux au ciel. Voilà qu'il répondait par des questions... James voulait réellement rendre tout ça compliqué, il n'avait qu'à partir et ne pas vouloir revenir en arrière. Mais il semblait surpris qu'elle l'accuse de rendre les choses compliquées. C'était invraisemblable. Et surtout agaçant car la belle blonde ne voulait pas avoir cette conversation en plein milieu d'un café. "Oui, toi..." Qui d'autre pouvait compliquer les choses? Elle? Elle tentait justement de les rendre plus simples, de s'éloigner pour les aider à prendre des décisions réelles et non pas seulement prononcer des paroles en l'air. Anniston avait pris des décisions pour elle mais aussi pour James, parce qu'il aurait peut-être pu continuer à jouer cette double vie encore un long moment. Anniston avait perdu l'appétit et surtout rien que l'odeur du café la dégoutait. Face à James, elle voyait toutes les briques qu'elle avait empilées depuis sont arrivée ici pour se protéger de son passé. C'était comme si elle les voyait disparaître, une par une sans qu'elle puisse les empêcher. Et plus ces briques disparaissaient, plus elle le voyait, là, debout, devant elle, accessible. "Oui, je t'ai écouté. Je ne fais que ça t'écouter. Depuis quatre ans je bois tes paroles James. Maintenant ça suffit." Convaincre. Être déterminée. Donner l'impression d'être décidée. C'était ce qu'elle essayait de faire depuis des mois. Mais voilà que James reprenait de plus belle dans sa déclaration. Si il continuait ainsi, si Annie ne mettait pas un terme à tout cette conversation, ses murs allaient finir par tomber et rien de bon n'en sortirait, elle en était persuadée. "Abandonnes. Abandonnes pas. De toute manière je ne te ferais pas changer d'avis, je me trompe?" C'était une question complètement rhétorique. Elle connaissait déjà la réponse, non il n'allait pas changer d'avis. James lui semblait convaincu... beaucoup plus qu'elle n'était convaincante apparemment. Quand le bel homme lui lança que si elle voulait qu'il parte il suffisait qu'elle lui dise qu'elle ne l'aimait plus, Anniston garda son regard sur lui, son coeur s'accélérant de plus en plus. Elle était incapable de prononcer ces cinq mots : je ne t'aime plus. C'était... impossible. "Non. C'est moi qui m'en vais." A nouveau. Elle le quittait pour ne pas être quittée. Parce que si il partait, qu'il abandonnait c'était comme si il la quittait. Et c'était arrivé déjà auparavant, trop douloureux pour la belle blonde. C'était totalement idiot de préférer rompre avec quelqu'un plutôt que l'autre ne nous quitte, mais c'était la triste vérité. Elle abandonna son café, laissa un billet pour payer sa consommation qu'elle n'avait même pas touché et se dirigea vers la porte. Et dire qu'elle allait devoir aller travailler, elle n'était absolument plus en état... A moins que comme par le passé, sa cuisine ne lui fasse du bien. Les portes se refermèrent derrière elle. Les gens marchaient, vivant leur vie sans se soucier de celles des autres. Personne ne savait ce par quoi elle était passée... Personne... Elle commença à faire quelques pas, sentant son coeur se serrer et un goût amer venir encombrer sa gorge. Sur sa droite, une petite allée qui donnait sur les poubelles du café, entre les deux bâtiments. C'était à peine éclairé par la lumière naturelle du matin, elle s'y glissa pour s'appuyer contre le mur de briques et tenter de calmer les vagues d'émotions qui la submergeaient. Mais fermer ses yeux revenaient à voir son visage, sentir son odeur, se souvenir de ses doigts sur sa peau... Si seulement elle pouvait laisser aller ses doutes et le croire. Juste le croire un instant pour être avec James encore une fois. Cette fois les briques s'étaient envolées...
code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Mar 31 Mar - 10:59

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Que pouvait-il dire pour qu’elle cesse de douter de lui ? C’était comme si tout ce qu’il lui disait glissait sur elle, comme si elle ne le croyait tout simplement pas. Et c’était frustrant, et douloureux. James ne lui avait jamais menti, il avait toujours été honnête avec elle. Certes, il avait fait traîner les choses avec son mariage, la culpabilité avait tendance à l’assaillir quand il s’agissait de Hope, mais c’était terminé. Il avait pris une décision ferme cette fois-ci, il avait engagé cette procédure de divorce, coupant totalement les ponts avec celle qui était encore légalement sa femme, justement pour éviter qu’elle ne l’embobine à nouveau. Elle ne le faisait sans doute même pas exprès, mais sa fragilité psychologique faisait qu’il avait pris l’habitude de la ménager. Pour tout. Grand mal lui avait pris. Quand Anniston répliqua non sans une certaine hargne que cela faisait quatre ans qu’elle buvait ses paroles mais que c’était terminé, il haussa un sourcil surpris. Celle là il ne s’y attendait pas. Il ne lui avait jamais rien promis. Il ne lui avait jamais dit qu’il quitterait sa femme pour vivre avec elle. Il en avait sans doute émis le souhait, mais il n’avait jamais affirmé quelque chose dans ce genre. « Bien sûr, je t’ai bercé d’illusions pendant quatre ans… » marmonna-t-il plus pour lui-même que pour elle, avant de noyer l’amertume dans sa bouche d’une bonne rasade de café. Elle semblait elle-même se rendre compte qu’il n’en démordrait pas. Il ne pouvait tout simplement pas baisser les bras. Pas alors qu’elle était là, devant lui, et qu’il sentait que ce n’était pas terminé. Quand il lui donna la solution la plus simple et radicale pour qu’il quitte la ville et la laisse tranquille, Anniston prit la mouche. Brusquement, elle se leva, laissant un billet sur la table en déclarant que c’était elle qui partait. « Annie… » La protestation était peut-être trop faible pour qu’elle y fasse attention. James voulut la suivre dans la foulée mais pesta en cherchant son portefeuille. Il en tira finalement quelques billets et abandonna là l’assiette de pancakes à peine entamée et sa tasse de café.

Quand il poussa les portes du café pour se retrouver à l’extérieur, elle n’était déjà plus en vue. Droite ou gauche ? Il prit à droite, espérant avoir de la chance et n’eut pas besoin d’aller très loin pour la trouver. A nouveau sur sa droite, dans la première ruelle, elle s’était adossée au mur. « Anniston. » murmura-t-il en s’approchant, son cœur se serrant de la voir dans un tel état. « Pour quelqu’un qui dit avoir pris la bonne décision, le fait de t’éloigner de moi semble être la chose la plus difficile à faire pour toi. » constata-t-il simplement. Debout face à elle, à environ un mètre de distance, il chercha quoi dire. Il avait l’impression que continuer à plaider sa cause comme il l’avait fait jusqu’à présent ne servirait à rien de plus. Elle semblait hermétique à ses paroles. « Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour que tu cesses de me fuir ? J’ai tout plaqué pour te retrouver ici, je suis sérieux Annie. Si tu ne comptais pas, si je n’avais pas réellement envie d’arranger les choses entre nous, tu crois vraiment que je t’aurais cherché pendant des mois ? Que j’aurais quitté ma femme ? Que je serais venu jusqu’ici ? » Sa voix s’était peu à peu chargée d’amertume, d’un brin de colère aussi. Il n’avait pas vraiment haussé le ton, mais il avait été un peu plus dur. « Tu veux peut-être parler à mon avocat pour qu’il te confirme que la procédure de divorce est en cours ? » demanda-t-il finalement non sans une pointe d’ironie, tout en faisant un pas vers elle. Son regard plongé dans le sien, il n’arrivait pas à se détourner, à la laisser là. Son cœur saignait de ses rejets successifs. Elle lui manquait atrocement, et l’avoir aussi proche, et pourtant ne pas pouvoir être avec elle était une véritable torture. « Tu me tues Annie. » souffla-t-il, presque désespéré. Il ne s’était même pas rendu compte que la distance entre eux s’était soudainement amenuisée. Il baissa les yeux sur son visage, si proche du sien, détaillant chacun de ses traits, jusqu’à ses lèvres, si pleines et tentantes. Au point qu’il ne résista pas à combler les quelques centimètres qui les séparaient encore pour prendre sa bouche, peut-être un peu brusquement, avec toute la frustration qu’il pouvait ressentir, avant qu’il ne devienne plus tendre. L’une de ses mains calée dans sa nuque, l’autre glissa autour de sa taille pour la rapprocher de lui. Il se fichait pas mal de recevoir une gifle, mais il avait comme l’intuition qu’elle n’en ferait rien. Pour l’instant, elle cédait, semblant avoir envie de ce baiser autant que lui. James ne bouda pas son plaisir, savourant ce baiser et les délicieux frissons qui couraient dans tout son corps, l’électrisant au passage. Il en oubliait presque où ils étaient, dans une petite ruelle, à deux pas des poubelles. Plus rien d’autre ne comptait qu’elle, cette jolie blonde qu’il aimait comme un fou et qui, pour l’heure était encore dans ses bras. Pour combien de temps, ça restait à voir.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : ouvrir mon propre restaurant, une vie calme... tellement de choses...
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 106

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Mar 31 Mar - 16:09

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Elle avait du mal à reprendre une respiration normale, elle sentait ses doigts, ses mains, ses bras, ses jambes trembler, comme après une montée d’adrénaline. Ses murs tombaient de plus en plus vite, l’exposant aux dangers de ses sentiments encore bien vivants. Parce que si elle essayait de les dissimuler, ils n’avaient pas disparu pour autant et elle ne pouvait pas se mentir. Et apparemment elle ne pouvait pas non plus mentir à James, peut-être qu’avec un peu plus de conviction Annie aurait réussi à se duper elle et à le duper mais elle avait échoué. La belle blonde avait trouvé l’élan nécessaire pour ouvrir les yeux, sentant une présence arriver dans l’allée. Il avait prononcé son nom, presque comme une supplication de ne pas le fuir. James n’avait pas tort, le fuir était la chose la plus difficile mais aussi la plus nécessaire à faire pour elle, pour ne pas souffrir. Sa décision lui paraissait jusque là encore être une bonne décision pourtant. "Tais-toi, je t'en prie... je t'en supplie... James..." Il était seulement à un mètre d’elle. Si elle tendait la main, elle pourrait le toucher, frôler de ses doigts le tissu de sa veste et rien que l’idée de ce contact la faisait se sentir faible et frissonnante. Qu’est-ce qu’il devait faire pour qu’elle cesse de le suivre ? Sa raison lui dirait de ne rien faire, de ne plus bouger, son cœur lui disait de s’approcher. Si elle ne comptait pas pour lui, aurait-il fait tout cela ? La réponse était non, bien sur que si elle n’était rien, si elle n’avait été qu’une maitresse parmi tant d’autres, James n’aurait rien fait. Anniston resta immobile, collée contre le mur de brique qui semblait être la seule chose qui la soutenait encore et qui l’empêchait de lui tomber dans les bras. La jeune femme finit par secouer la tête, non... non elle ne voulait pas parler à son avocat et en même temps elle aurait eu le cœur net sur les intentions de son ancien amant. Mais malgré tout, et c'était probablement son principal problème, elle lui faisait confiance. Elle s'était imaginée de si nombreuses fois qu'il viendrait la voir un jour pour lui annoncer qu'il divorçait et maintenant elle refusait d'y croire, comme si devoir imaginer à nouveau cela n'était qu'une illusion... Mais si ce n'était qu'une illusion, il ne l'aurait pas suivi dans cette allée, il ne se serait pas approché d'elle au fur et à mesure de ses paroles. Maintenant si elle tendait la main, elle pouvait l'entourer autour de son cou. Les yeux de son ancien amant était fixé sur elle, James restait silencieux depuis qu'il avait soufflé un "tu me tues", ce n'était pourtant pas ce qu'elle voulait... Ses yeux se promenait sur le visage de l'homme en face d'elle, elle connaissait chaque trait de ce visage, même après ces mois passé à distance. "On devrait pas faire ça... On va se faire du mal..." Avant même qu’elle ne puisse finir, presque persuadée qu’il ne l’avait même pas entendu, il avait pris possession de ses lèvres. Toute sa frustration et son manque d’elle se sentait dans son baiser qui seconde après seconde devenait plus doux. Annie n’aurait eu qu’à poser ses mains sur son torse et le repousser mais elle n’était qu’une poupée de chiffon entre ses mains, profitant de chaque seconde de ce baiser, de cette chaleur qui se dégageait de lui qui lui rappelait tout ce qui lui avait manqué ces derniers mois, de ce corps fort contre elle, sur elle qui la protégeait et l’aimait. Son corps se détendait, épousant la courbe de sa main derrière sa nuque, et celle contre sa taille. Si elle avait pu, elle se serait laisser fondre en lui. Ses mains à elle vinrent se poser sur ses épaules dans le but de le garder encore plus près d'elle pendant un instant. Les murs étaient tombés à ses pieds comme de la poussière. Elle avait le souffle coupé, elle brisa le contact de leurs lèvres, baissant les yeux, fermant presque les paupières. Anniston posa son front contre l'épaule de James, tentant de calmer les battements de son coeur et de retrouver une respiration normale et moins saccadée. "Et maintenant...?" Une question, une affirmation, une déclaration... Elle ne savait même pas trop elle-même. Anniston ne bougea pas, gardant sa tête posée contre son épaule, sentant ses joues s'humidifier des larmes qui coulaient de ses yeux. Mon dieu, il lui avait tellement manqué...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Mer 1 Avr - 10:57

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
James ne pouvait pas la laisser filer. Pas maintenant. Pas après avoir mis son cœur à nu pour elle, pas de cette façon. Alors il s’empressa de quitter la table, laissant quelques billets dessus, probablement assez pour la note et un généreux pourboire. Il eut peur de ne pas avoir été assez rapide, puisqu’elle était hors de vue, mais elle n’était pas si loin. Dans la première ruelle, adossée au mur, Anniston semblait lutter contre des sentiments contradictoires. Et bien que la voir dans cette état ne lui plaisait pas, il ressentit tout de même une pointe de satisfaction de savoir qu’il en était la cause, que tout ce qu’il lui avait dit ne la laissait pas indifférente. Pourtant, son obstination à le repousser commençait à l’agacer sérieusement. Et c’est avec une colère contenue qu’il lui demanda ce qu’il devait faire pour qu’elle arrête de fuir. Anniston garda le silence, niant de la tête quand il lui proposa de parler à son avocat. Au fur et à mesure, il s’était rapproché d’elle, au point qu’ils se touchaient presque. Le silence s’installa quelques secondes, ils se fixèrent sans un mot, probablement aussi mal l’un que l’autre. C’est dans un souffle qu’il lui apprit son désespoir, et elle vit venir la suite avant qu’il n’en prenne lui-même conscience. Elle protesta faiblement avec peu de conviction d’ailleurs. « J’ai déjà mal. » rétorqua-t-il avant de finalement prendre ses lèvres. Elle lui manquait tant que c’était presque douloureux, tout en étant incroyablement bon. En la sentant répondre à son baiser, il s’enhardit, glissa un bras autour de sa taille pour la serrer un peu plus contre lui, se délectant du goût de ses lèvres et de son parfum qui l’enveloppait. Sa main qui s’était posé dans sa nuque, glissa dans ses boucles blondes. Il voulait se fondre en elle, ne faire plus qu’un avec elle. Il oubliait tout, absolument tout, ne comptait plus qu’Anniston et les sensations délicieuses qu’elle faisait naître en lui. Elle rompit le baiser et il retint un grognement frustré, le vide se faisait à nouveau cruellement sentir. Et pourtant, elle était toujours là, contre lui. Elle avait posé son front contre son épaules et il enfouit son visage dans son cou, en tentant de reprendre une respiration plus normale. La voix légèrement tremblante d’Annie s’éleva finalement entre eux. « Maintenant… » James redressa la tête, et doucement, avec délicatesse, il l’obligea à relever les yeux vers lui. Son regard s’assombrit et son cœur eut un sursaut douloureux en remarquant les larmes qui baignaient ses joues. « Maintenant j’aimerai pouvoir faire disparaître ces larmes. » souffla-t-il avant de les essuyer doucement de sa main libre. Il esquissa un sourire tendre avant de glisser un baiser sur sa joue, près de son oreille où il poursuivit dans un murmure. « J’envisage aussi de t’enlever pour te garder précieusement dans un endroit isolé pour le reste de nos jours, mais je crois que ça fait un peu trop homme des cavernes… ou psychopathe. Et aux dernières nouvelles je ne suis ni l’un ni l’autre. » Un dernier baiser et il se redressa, soudainement moins sûr de lui. Il savait que ce n’était pas gagné, que même si elle avait cédé et répondu à son baiser, elle risquait toujours de le rejeter à nouveau. « A défaut je te proposerai bien d’aller chez toi, ou chez moi. De ton plein gré de préférence. » Un sourire timide, mais un brin malicieux, étira ses lèvres l’espace de quelques secondes. Avant qu’il ne vienne l’embrasser une nouvelle fois, puis poser son front contre le sien. Il ferma les yeux un instant, savoura le fait qu’elle ne l’avait toujours pas repoussé, qu’elle était toujours là, dans ses bras. « Je t’aime, au point que ton absence est douloureuse. » avoua-t-il finalement en rouvrant les yeux pour plonger dans son regard vert. Elle n’avait peut-être même pas conscience du pouvoir qu’elle exerçait sur lui. « Tu me manques Annie. Chaque jour, chaque heure, chaque minute et chaque seconde… » Et tant pis s’il en faisait trop…

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : ouvrir mon propre restaurant, une vie calme... tellement de choses...
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 106

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Jeu 2 Avr - 17:09

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
Et maintenant? La question à un million... Anniston ne savait pas quoi faire et elle espérait que James aurait une réponse à celle-ci, qu'au moins l'un d'eux sache où aller après ça... Pendant un instant, entre le moment où leur baiser avait pris fin et l'instant où elle avait posé son front sur l'épaule de l'homme qu'elle aimait, la belle blonde avait hésité à le repousser et partir une nouvelle fois. Mais elle n'en avait pas la force, ses murs étaient tombés, elle était exposée face à James et si elle fuyait maintenant, elle ne pourrait plus jamais prétendre qu'elle ne ressentait plus rien pour lui. Anniston n'arrivait plus à prononcer un mot, elle rêvait de se perdre en lui, de ne plus à avoir à se poser des milliers de questions. Juste oublier et profiter. "Ah oui?" Souffla-t-elle, légèrement taquine quand il affirma n'être ni un homme des caverne, ni un psychopathe. Ses larmes avaient disparu de ses joues sous une de ses caresses et un de ses baisers. Anniston remettait toutes les décisions qu'elle avait prises en question. Sa décision de le quitter, de quitter la Nouvelle-Orléans, de s'installer ici, de travailler ici, de changer de vie... Mais penser à son passé maintenant n'était probablement pas la chose à faire surtout quand c'était prendre le risque de retourner en arrière. "Je..." Je dois aller travailler, voilà ce qu'elle voulait dire. Mais faire face à la réalité maintenant et briser cette bulle entre eux, Anniston n'en avait clairement pas envie. Non, elle voulait rester dans ses bras, qu'il l'embrasse encore, qu'il lui prenne la main, qu'il l'emmène chez lui... ou chez elle... elle s'en fichait bien de l'endroit si elle était avec lui, qu'il la déshabille des yeux, puis de ses mains. Annie ferma les yeux profitant de ce nouveau baiser avant de resserrer son étreinte autour de son cou. Mon dieu, comment avait-elle pu être aussi faible? Comment pouvait-elle être aussi faible quand il s'agissait de James Davenport? Elle était accrochée à lui comme elle s'accrochait à une bouée de sauvetage en pleine mer. James lui avait manqué, autant qu'elle lui avait manqué. Et dans l'état actuel des choses, elle ne voyait pas le danger qu'elle prenait à tomber dans ses bras une nouvelle fois. Parce que même si elle désirait le croire, la situation était bien plus complexe qu'elle n'y paraissait. Ils n'étaient pas juste deux amants qui pouvaient tiré un trait sur leur vie passée et vivre d'amour et d'eau fraîche. James et Anniston n'étaient pas dans un conte de fée. "Je n'ai pas beaucoup de temps... Je n'ai pas envie de te quitter non plus... Amènes moi où tu voudras..." La belle blonde posa une main sur sa joue, le forçant à la regarder. Il était beau, Annie pouvait se perdre dans son regard bleu pendant des heures et pour le moment, si elle ne pouvait pas avoir baisers et caresses c'était tout ce qui lui suffisait. La jeune femme se pinçait les lèvres pour résister et ne pas l'embrasser à nouveau, elle glissa sa main dans la sienne ; signe qu'elle le pressait de prendre une décision pour eux. De toutes manières les décisions qu'elle prenait, elle ne s'y tenait pas...

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
the skies are so blue
☞ TON RÊVE ? : Reconquérir une certaine blonde
☞ A SPRINGARDEN DEPUIS : 02/02/2015
☞ CONNERIES : 97

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   Ven 3 Avr - 10:47

James ∞ Anniston
And you mean the world to me
La satisfaction se la disputait au bonheur. Le bonheur de voir qu’elle cédait enfin, qu’elle cessait de le repousser, de se battre non seulement contre lui mais également contre elle-même. James ne voulait pas l’obliger à quoique ce soit, mais il avait espéré être suffisamment convaincant. Parce qu’il l’aimait, comme il n’avait jamais aimé une femme, pas même celle qui était encore légalement la sienne, et qu’il ne pouvait pas vivre sans elle. Ces derniers mois avaient probablement été les plus difficiles de toute son existence, parce qu’elle n’était plus là. Anniston était son tout, son univers et il ne pouvait pas se résoudre à vivre sans elle. Si ça avait été véritablement le choix de la blonde, il aurait fini par s’incliner, mais il le sentait, au fond de lui, que ce n’était pas le cas. Si elle l’avait quitté, c’était parce qu’elle ne pouvait plus être « l’autre », elle ne voulait plus de ce rôle de maîtresse, et il ne pouvait pas la blâmer pour ça. Bien que l’idée de n’être qu’avec elle ne l’avait jamais quitté, il s’était complu dans cette situation. Parce que Hope, s’il vivait toujours sous le même toit qu’elle, ne faisait plus vraiment partie de sa vie. Il y restait attaché, elle était parfois - souvent - comme un boulet à son pied auquel il avait fini par s’habituer. Et malgré les signes avant coureur, il n’avait pas pris la mesure du malaise d’Anniston dans cette situation. C’était sa plus grosse erreur et il comptait bien la réparer, et se rattraper. Il avait déjà commencé, en quittant Hope et en engageant cette procédure de divorce. Il voulait se libérer de ses chaînes pour pouvoir être avec Annie, être à elle autant qu’elle serait à lui. Et peu importait où, si elle voulait rester ici, en Alabama, rentrer à la Nouvelle-Orléans ou partir vivre ailleurs. Tant qu’il était avec elle, il se fichait pas mal de l’endroit.

Un sourire étira les lèvres de James quand la belle blonde déclara qu’elle n’avait pas beaucoup de temps, mais l’enjoignait à l’emmener où il voulait. Il plongea son regard dans le sien quand elle glissa sa main sur sa joue, puis se pencha pour reprendre ses lèvres avec envie. Depuis quand ne l’avait-il pas touchée ? Caressé sa peau, embrassé chaque parcelle de celle-ci, exploré chaque courbe de son corps ? Cinq, six mois, peut-être plus. L’absence créait l’envie, le manque exacerbait le désir et cette invitation lui mettait les sens en vrac. Il était presque tenté de lui faire l’amour là, contre ce mur, tant il était impatient de la retrouver. Mais elle méritait mieux, largement, et lui aussi. Et de toute manière, malgré son impatience et même s’ils étaient un peu pressés par le temps, il comptait bien le prendre, justement, le temps. Savourer longuement ces retrouvailles. Anniston le fixait en silence, pinçant les lèvres, attendant visiblement qu’il se décide. Et quand elle glissa sa main dans la sienne, James referma ses doigts sur les siens pour ne plus la lâcher. Doucement il s’écarta et la tira gentiment à sa suite. « Viens. » dit-il simplement, en esquissant un léger sourire. Chez elle, chez lui, peu importait au fond. Le plus proche ferait l’affaire. Le plus important restait qu’ils soient ensemble, et tranquilles, pour profiter pleinement de ces retrouvailles dans ce cours laps de temps dont ils disposaient. S’il en avait le pouvoir, il arrêterait le temps pour passer l’éternité avec elle, où à défaut il l’enlèverait pour de bon. Mais en attendant, il profiterait juste à fond du temps qu’elle lui accorderait…

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: And you mean the world to me | James & Anniston   

Revenir en haut Aller en bas
 

And you mean the world to me | James & Anniston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Expédition Bismarck - reportage de James Cameron
» Un beau livre: Hungry planet : what the world eats
» Sortie cinéma: "It's a Free World !"
» Tout St James en Normandie.
» Le nouveau James Bond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The heart of dixies :: Spring Garden :: County Career :: Dixie Coffee-